L’orthosomnie ou comment vouloir contrôler un moment de lâcher-prise….

som

Nouvelles technologies obligent, nous voici à l’affût de toutes sources d’informations propres à nous livrer le moindre indice sur nos bonnes pratiques en termes d’hygiène de vie. Il s’agit ni plus ni moins que de chercher à préserver sa santé à travers l’utilisation d’objets connectés. En effet, mesurer le nombre de pas effectués dans une journée, connaitre la quantité de calories ingérées ou encore quantifier son sommeil, trouve ses adeptes sur un marché de plus en plus large. Oui mais…
Une étude américaine* publiée dans le Journal of Clinical Sleep Medicine, s’est intéressée à ces bracelets qui transmettent des informations sur le vécu de sa nuit : les traqueurs de sommeil. Elle révèle que le port de ces objets connectés favoriserait l’orthosomnie : une préoccupation excessive de son sommeil, empêchant ainsi les utilisateurs de dormir sur leurs deux oreilles.

Effectivement, certaines personnes cherchent à mieux contrôler leur santé à travers la connaissance de leurs rythmes biologiques. Et elles en viennent très naturellement à traquer les moments consacrés au sommeil. De là, le port d’un bracelet pour mesurer et mieux interpréter ce temps consacré au repos.

Les auteurs de l’étude ont ainsi adopté le mot « orthosomnie » pour qualifier ce qui deviendrait pour certains une véritable obsession. Et cette quête du « sommeil correct » peut, semble-t-il, être amplifiée par l’utilisation de ces bracelets.

L’inconvénient de ces petits appareils se situe dans leur imprécision….Malgré tout, les adeptes du traqueur de sommeil leur font confiance ce qui peut induire un comportement erroné comme celui qui consiste à prolonger le temps passé au lit afin de gagner quelques points sur son score. Une habitude qui à terme pourrait se révéler néfaste à un bon endormissement et favoriser une insomnie de début de nuit…. La suite sur le blog Priorité Santé Mutualiste