L’hyper stress nécessite une méga réponse

stress

L’étude du cabinet expert en santé psychologique au travail Stimulus est parue fin novembre. Elle a été menée entre 2013 et 2017 auprès de 32 137 salariés travaillant dans 39 entreprises.

Et les chiffres du stress au travail sont édifiants avec près d’un quart des actifs  (24 %) qui serait même dans un « état d’hyper stress », un niveau « trop élevé et donc à risque pour leur santé ».

Des profils de stressés différents

Cet « état d’hyper stress » toucherait davantage les femmes (28 %) que les hommes (20 %). Par ailleurs, les taux d’hyper stress augmentent légèrement avec l’âge. La tranche des 40-50 ans est la plus touchée, contrairement aux jeunes arrivants sur le marché du travail.

Les secteurs les plus concernés sont ceux en relation avec l’humain : 42 % des salariés dans la santé et l’action sociale, 31 % dans le secteur des arts et spectacles,  29 % dans celui des services et 28 % pour les activités financières et d’assurances. Alors que 20 % des salariés se sentent stressés dans le secteur du transport et qu’ils sont 21% dans le commerce.

Les sources de stress : manque de temps et souplesse exigée

Les responsables d’un tel état de stress, selon les personnes concernées, sont surtout les exigences liées au travail  comme : « devoir traiter des informations complexes et nombreuses » (72 %) et « manquer de temps » (62 %).

88 % des salariés estiment que « leur métier nécessite de s’adapter sans cesse » et 76 % pensent qu’il leur est « impossible de prévoir leur travail dans deux ans ».

Parmi les autres causes de stress figurent également le manque d’autonomie et les difficultés relationnelles.

Le stress mais pas que …

L’étude de Stimulus révèle aussi un niveau élevé d’anxiété au travail, qui touche 52 % des salariés français. Des manifestations dépressives ont également été relevées, avec 29 % qui présentent même un niveau dépressif élevé et 6 % probablement en dépression. Et c’est parmi les 40-50 ans, qu’il y a le plus de cas de burn-out et de suicides au travail….Mais des actions pour tous sont( possibles, la suite sur le site de Priorité Santé Mutualiste