Archives pour la catégorie STRESS

L’hyper stress nécessite une méga réponse

stress

L’étude du cabinet expert en santé psychologique au travail Stimulus est parue fin novembre. Elle a été menée entre 2013 et 2017 auprès de 32 137 salariés travaillant dans 39 entreprises.

Et les chiffres du stress au travail sont édifiants avec près d’un quart des actifs  (24 %) qui serait même dans un « état d’hyper stress », un niveau « trop élevé et donc à risque pour leur santé ».

Des profils de stressés différents

Cet « état d’hyper stress » toucherait davantage les femmes (28 %) que les hommes (20 %). Par ailleurs, les taux d’hyper stress augmentent légèrement avec l’âge. La tranche des 40-50 ans est la plus touchée, contrairement aux jeunes arrivants sur le marché du travail.

Les secteurs les plus concernés sont ceux en relation avec l’humain : 42 % des salariés dans la santé et l’action sociale, 31 % dans le secteur des arts et spectacles,  29 % dans celui des services et 28 % pour les activités financières et d’assurances. Alors que 20 % des salariés se sentent stressés dans le secteur du transport et qu’ils sont 21% dans le commerce.

Les sources de stress : manque de temps et souplesse exigée

Les responsables d’un tel état de stress, selon les personnes concernées, sont surtout les exigences liées au travail  comme : « devoir traiter des informations complexes et nombreuses » (72 %) et « manquer de temps » (62 %).

88 % des salariés estiment que « leur métier nécessite de s’adapter sans cesse » et 76 % pensent qu’il leur est « impossible de prévoir leur travail dans deux ans ».

Parmi les autres causes de stress figurent également le manque d’autonomie et les difficultés relationnelles.

Le stress mais pas que …

L’étude de Stimulus révèle aussi un niveau élevé d’anxiété au travail, qui touche 52 % des salariés français. Des manifestations dépressives ont également été relevées, avec 29 % qui présentent même un niveau dépressif élevé et 6 % probablement en dépression. Et c’est parmi les 40-50 ans, qu’il y a le plus de cas de burn-out et de suicides au travail….Mais des actions pour tous sont( possibles, la suite sur le site de Priorité Santé Mutualiste

Révisions et relaxation : tout un programme !

revisions-calendar

Les beaux jours annoncent toujours une période intense de révisions pour les lycéens et les étudiants en vue des examens.

Or l’anticipation des épreuves peut provoquer un stress délétère aux capacités de mémorisation et de concentration, qualités nécessaires pour finaliser un apprentissage sur lequel les jeunes seront interrogés.

S’occuper du stress devrait donc faire partie intégrante du plan des révisions, mais comment y parvenir quand ce n’est pas une « matière » enseignée ?

Respirer avant tout !

La respiration tout d’abord peut devenir un précieux allié. Bien respirer est essentiel pour le bon fonctionnement de notre cerveau. Celui-ci absorbe en effet 20% de notre consommation totale d’oxygène. Il faut donc veiller à l’alimenter efficacement si l’on veut que notre cerveau fonctionne au mieux !

Pour exemple : en sophrologie nous proposons de pratiquer la respiration abdominale. Le ventre se gonfle comme un ballon sur l’inspiration et se dégonfle jusqu’à devenir comme une « crêpe » sur l’expiration. Celle-ci dure plus longtemps que l’inspiration.
C’est un excellent moyen d’amplifier spontanément sa respiration tout en attirant son attention sur son fonctionnement. Cette respiration permet également de réguler le rythme cardiaque et de l’apaiser en agissant sur le système nerveux parasympathique (le « frein » du corps).

D’autre part, apprendre des techniques telles que se concentrer sur le mouvement de sa respiration entraîne à ne plus être perturbé par des éléments extérieurs ou des pensées parasites…

On peut même respirer en réalisant des comptages comme dans la technique dite de cohérence cardiaque, afin de détourner l’esprit de ses anxiétés. Il s’agit d’inspirer sur 5 secondes et d’expirer sur 5 secondes, à un rythme de 6 respirations par minute, ceci pendant 5 minutes, à  reproduire 3 fois dans sa journée. Une habitude à prendre !

Revenir au corps pour détendre l’esprit 

Poursuivre une activité sportive est idéal pour permettre de faire de vraies pauses, mais tout le monde n’a pas forcément une âme de sportif ! Aussi, les exercices dits dynamiques de la sophrologie sont-ils une vraie soupape de sécurité pour extérioriser les émotions et les  tensions.

De nombreuses techniques d’évacuation de ces tensions corporelles et mentales sont accessibles à toute personne avec un apprentissage progressif et rapide !

Pour découvrir également en quoi consiste la visualisation des vainqueurs et quels sont les incontournables du succès, c’est sur le site Priorité Santé Mutualiste…

Un peu de matière grise s’il vous plaît !

revision_SamuelWor_2482133b

Au cours d’une journée, un flux permanent de stimuli et d’informations déclenche le renforcement des connexions entre les neurones du cerveau, a fortiori en période d’apprentissage intense.

Et pour favoriser la mémorisation des données que l’on souhaite conserver, il est nécessaire de les consolider afin de les restituer au moment voulu.

Or les scientifiques de la Bar-Ilan University* (Tel Aviv) nous apportent un éclairage sur la « fabrication » du souvenir.

Effectivement, les traces mnésiques occasionnées par un apprentissage restent fragiles. Il est donc nécessaire de les stabiliser par un processus appelé consolidation. Ce travail amène le cerveau à produire de nouvelles protéines qui vont renforcer puis consolider la mémorisation. Toutefois, un nouveau stimulus peut perturber ce processus indispensable, aussi le cerveau s’organise-t-il pour réduire le risque en favorisant une période de calme et de tranquillité, à savoir au cours du sommeil !

Non seulement, dormir sur un apprentissage favorise la mémoire à long terme, mais les chercheurs expliquent que le cerveau bloquerait la formation de nouveaux souvenirs au réveil pour sauvegarder la consolidation de ceux déjà existants…

Donc : pour bien mémoriser une information, il est conseillé de dormir dessus, or….une nouvelle étude confirme que  « Plus les jeunes se couchent tard le week-end, plus leur volume de matière grise est diminué »….Détails et conseils sur le site de Priorité Santé Mutualiste

En 2017, toutes / tous des Wonder Women !

super

Pour vous présenter tous nos vœux pour 2017, nous pourrions en effet vous souhaiter d’avoir des supers pouvoirs, tels ceux de Wonder Woman – laquelle sera véritablement à l’écran cette année !

Des Supers pouvoirs comme celui de conserver son énergie en toute occasion, de retrouver l’équilibre malgré les épreuves éventuelles  et de savoir maintenir votre optimisme pour mener tous vos projets.

Ce ne sont là que fabulations ou un (super) effet de style dans le registre des vœux, me direz-vous. Et bien non ! Ceci est du concret ! Car c’est une très bonne nouvelle pour tous les acteurs des techniques psychocorporelles : enfin, le corps est reconnu dans tous ses possibles sur le mental, preuves scientifiques à l’appui !

Pour exemple, la scénariste de la série « Grey’s Anatomy », Shonda Rhimes qui relate dans un livre que,  gênée par sa timidité, elle a décidé malgré tout de ne plus refuser aucune opportunité ou invitation avec une astuce pour mieux vivre ces moments : tenir la pose de Wonder Woman pendant quelques minutes avant de prendre la parole en public par exemple, pour se sentir plus confiante et charismatique. Cette pose  consiste à  se tenir debout, les jambes écartées et bien ancrées, le menton relevé en regardant bien devant soi, les mains sur les hanches : « comme si l’espace t’appartenait », précise l’auteur. Ainsi la posture influencerait notre état d’esprit (une pensée émue pour les « tiens- toi droit ! » de notre enfance).

Eh bien ce ressenti a effectivement été confirmé par une étude d’Amy Cudy*, enseignante spécialisée dans l’art de la négociation et de l’influence. On savait déjà que la communication non verbale représentait 70% des informations captées par notre interlocuteur. Là, l’effet de la posture a été évalué sur celui qui la tient…Et les résultats sont édifiants…SSSStupéfiants….Suite sur le Super site de  Priorité Santé Mutualiste….

Rendre un projet pour…hier !

56b4d7a10d7f5

Vous avez dit « pression » parce que vous devez traiter vos 33 emails (moyenne nationale) dans la journée, rendre votre projet et poursuivre sur les 2 autres en cours, assister à la réunion qui débute dans moins de 20 mn, débriefer ensuite avec votre équipe, filer à un rendez-vous à l’autre bout de la ville, trouver le temps d’appeler la voisine car vous ne serez jamais à l’heure pour prendre les enfants chez la nourrice et voilà le téléphone qui sonne…La meilleure façon de ne pas perdre pied serait de s’accorder une pause mais…combien sommes-nous en capacité de rester sans rien faire, en laissant nos pensées vagabonder plusieurs minutes, en pleine journée, à notre bureau ? Culpabilité, sensation de perdre son temps, d’avoir mieux à faire : c’est une réaction probable ! Pourtant laisser son esprit en roue libre représente un très bon moyen non seulement de lâcher la pression mais de libérer sa créativité….Mais que se passe t il exactement de bénéfique quand le cerveau est en liberté ? Réponse sur le blog expert de Priorité Santé Mutualiste, le site d’expertise de la Mutualité française sur lequel nous sommes présentes.

 

 

Santé au travail : les Troubles Musculo-Squelettiques coûtent un milliard par an

CAMPAGNE-TMS-2

Les troubles musculo-squelettiques ou TMS constituent la principale maladie professionnelle recensée. Après 2 années de baisse, leur nombre augmente : + 1,5% en 2014.  Or, puisque les salariés ne cotisent pas pour les maladies professionnelles, les employeurs ont tout intérêt à prévenir plutôt que guérir. En effet, ces arrêts de travail représentent 10 millions de journées de travail perdues et  40 00 nouveaux salariés ont été pris en charge pour cette pathologie. Les petites entreprises sont particulièrement concernées comme les services : travail temporaire, nettoyage, action sociale, commerces, industrie de l’alimentation…Plus de 40% des TMS touchent la main, le poignet ou un doigt et 29% l’épaule. Un programme initié par l’Assurance maladie a été proposé auprès de petites structures. Des exercices de sophrologie adaptés peuvent être aussi particulièrement aidants, comme nous le proposons sur site lors d’ateliers.  

Burn-out : des précisions necessaires selon l’Académie Nationale de médecine

burnout

Alors que le burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel commence à être reconnu par le corps médical, c’est l’Académie Nationale de médecine qui rend un avis mitigé, réclamant davantage de recherches sur cette pathologie afin de pouvoir peut-être, et c’ets l’espoir de tous ceux qui en souffrent, ouvrir la pvoie à une reconnaissance de cette pathologie en tant que maladie professionnelle.

Pour Science et avenir : « Les estimations qui circulent vont de 30.000 personnes touchées par le burn-out, selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), à trois millions, selon un cabinet spécialisé . Il est en outre difficile de faire la part des choses entre des symptômes comme la fatigue ou le mal-être au travail et ce qui relève d’une « vraie maladie » nécessitant la prise de médicaments, ajoute le Pr Légeron. A ce jour d’ailleurs, aucun pays n’a encore reconnu le burn-out comme une maladie. L’Organisation mondiale de la santé  établit pour sa part une distinction entre la détresse psychologique, non pathologique, et les troubles mentaux. »

Les symptômes indicateurs d’un burn-out vont être en général :

  • Une grande fatigue, des troubles du sommeil
  •  Une forte irritabilité, une agressivité, une perte de concentration
  • Des problèmes parfois physiques comme une sensation de pression respiratoire, des maux de tête et d’estomac…

Puis, les répercussions d’un burnout peuvent se manifester dans tous les domaines de la vie : anxiété, dépression, troubles de l’alimentation, toxicomanie et même aller jusqu’à des pensées suicidaires ou passages à l’acte. D’autres troubles tels que l’obésité, les maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2 peuvent aussi résulter d’une forte pression psychologique subie sur son lieu de travail…Comme l’indique Catherine Vasey, psychologue et auteure de Burn-out : le détecter et le prévenir (Editions Jouvence, 2007)

Le documentaire, Infra-rouge, diffusé mardi 16 février sur France 2, donne la parole  à des malades dont la vie ne sera plus la même après cet épisode de leurs existence mais aussi interroge sur les raisons d’une crise du travail, de ses valeurs, de l’organisation…?

Afin d’accompagner la récupération du à cet épuisement physique et psychique, la sophrologie peut âtre aidante sur les questions de troubles du sommeil mais aussi pour transmettre des outils de gestion émotionnelle et de meilleure connaissance du stress pour savoir écouter les signaux avant-coureur envoyés par le corps…